"Si Jésus veut que l'on continue de compter le temps à son nom, qu'il descende du ciel me le demander"
~Un Patriarche de la Guilde des Archivistes
"La boue jusqu'aux genoux, cachés dans des trous gelés, nous nous étions empêtré dans une guerre de positions qui ne semblait pas trouver de fin"
~Un Rêveur racontant la bataille de la ligne rouge
"On peut difficilement déclarer blanche une paix sur autant de morts,... Mais va pour la paix"
~Caddaric Aubelune, Empereur des Celtes
"Cette paix ne signifiera pas la fin des combats pour très longtemps et aucun traité ne pourra jamais ôter l’ambition du cœur des hommes"
~Sitisis Djin, Reine d'Hachram
" Le seul véritable ennemi de l'EQUI, c'est le Conflit."
~Un érudit de la guilde des Archivistes

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Administrateur
Afficher
Messages : 35
Talents : 12106
Réputation : 3
Citation : "Laissez-les s'entretuer, celui qui survivra aura alors mérité notre attention."
Localisation : Éthiopie
Voir le profil de l'utilisateur

Panem et circenses

le Lun 19 Fév - 21:26
Ajustant avec minutie la coiffe de Sitisis, la servante cherchait le regard de sa collègue à travers le miroir qui lui faisait face, à la recherche d’une approbation de son travail. Cela n’échappa pas à la Reine qui s’en amusa sans rien dire, elle savait bien que ce travail pouvait être stressant au début et ne voulait pas gêner la jeune fille dès son premier jour au palais.

- C’est parfait comme ceci, je vous en remercie.

Les deux servantes s’inclinèrent alors respectueusement avant de s’éclipser sans un bruit.

- Nous avons réunis le vainqueur de la dernière édition du Caire et le champion turc de la saison, ce dernier a spécifiquement demandé d’être payé en équipement, allez savoir pourquoi.


Sitisis se retourna vers son conseiller d’un air joyeux, elle avait déjà vu les deux hommes qu’il venait d’évoquer et elle ne pouvait qu’imaginer le spectacle qu’ils allaient leur offrir. Il s’agissait bien là d’un plaisir dont elle ne pouvait s’expliquer l’origine, elle qui était la première à critiquer le comportement belliqueux des hommes et leurs tendances à se taper dessus inutilement, elle appréciait toujours autant les combats d’arènes. Etait-ce le plaisir d’assister à un sport ludique ou l’orgueil de voir ainsi se produire les meilleurs guerriers du royaume ? Elle n’en savait rien, mais ce n’était pas un problème, elle n’avait pas besoin de se justifier, dans ce royaume, tout le monde adorait les combats d’arènes.

- Les gens vont être ravis de les voir combattre, c’est bien. Et la surprise du jour ?


Le conseiller se releva de son siège visiblement heureux d’avoir à répondre à cette question. Il ouvrit un dossier devant les yeux de la Reine.

- Alors, on a récupéré plein de choses intéressantes. On peut partir sur du classique, le drake du désert, ce n’est pas original, mais ça fonctionne à chaque fois. On a aussi capturé une bulette récemment, je pense que ça pourrait vous plaire.  Sinon, un collectionneur privé m’a assuré être en mesure de nous fournir un véritable dragon.

- Un dragon ? Il est hors de question que j’en laisse un pénétrer l’enceinte de ma capitale… Où est-ce que vous allez chercher des idées pareilles ? Vous pourrez d’ailleurs dire à ce collectionneur qu’il n’a pas intérêt à ce que j’entende parler d’un quelconque problème avec un dragon dans mon royaume.

Le conseiller reçut avec douleur les mots de la Reine, son teint devint pâle, il n’appréciait jamais décevoir sa souveraine.

- Par contre, j’ai toujours voulu voir une bulette en action. Je pense que le public va adorer. Sinon, toutes les préparations sont terminées ?


- Il manque juste la préparation de la bête, mais tout sera terminé dans les temps, ne vous inquiétez pas. Je vais m’y rendre de suite, sauf si vous nécessitez mon assistance pour autre chose.

- Si vous pouviez passer par le bureau de Jahari pour vérifier qu’il a bien envoyé les lettres ce serait sympa.

Le conseiller acquiesça avant de quitter les appartements royaux. Jahari était un autre conseiller de la Reine, il était notamment son porte-parole et son conseiller en communication. Fin littéraire et orateur de grand talent, il écrivait la plupart des missives royales et des discours de la Reine. Il s’occupait également de répondre aux questions du peuple lors des conférences royales et d’envoyer les invitations pour les évènements organisés par la couronne.

Sitisis vérifia alors une dernière fois sa tenue, récupéra ses affaires et fit signe aux deux gardes présentes qu’elle partait. Elle allait se rendre directement aux arènes d’Addis-Adeba, les combats n’allaient pas commencer sans elle et les spectateurs devaient déjà être en train d’arriver. Si les premiers n’étaient pas des plus intéressants et que le meilleur était reservé pour la fin de soirée, en tant qu’organisatrice, elle ne pouvait y échapper. Comme les places disponibles s’épuisaient rapidement, seuls les invités prestigieux pouvaient s’autoriser de n’arriver qu’en fin de journée et rares étaient ceux qui s’en privaient. Elle quitta donc ses appartements suivis par les deux gardes qui attendaient à l’intérieur et les deux postés à l’extérieur.


________________________________________

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum